Copaxone

Informations sur votre traitement

Ce traitement correspond à une molécule appelée acétate de glatiramère.
Copaxone n'appartient pas à la famille de l'interféron béta.

Son mode d'action

L'acétate de glatiramère est un traitement immunomodulateur.
Il agit en modifiant le fonctionnement du système immunitaire, de façon à diminuer le risque de survenue d'une réaction auto-immune.

En opposition aux immunosuppresseurs, les immunomodulateurs n'affablissent pas les défenses immunitaires. 
Il n'exposent donc à aucun risque particulier sur le plan infectieux

Ses effets secondaires potentiels

Les effets secondaires engendrés par ce traitement sont principalement cutanés, au niveau des points d'injection

Il peut, exceptionnellement, survenir des réactions générales (bouffées de chaleur, palpitations), en cas de passage trop rapide de la molécule dans la circulation sanguine. Cette réaction n'est pas dangereuse et n'impose pas l'arrêt du traitement.

Il existe des solutions simples pour gérer les effets secondaires de ce traitement. Référez vous à l'article sur la gestion des effets indésirables

Sa surveillance

Le suivi du traitement est effectué par votre neurologue traitant, une fois tous les 6 mois.
Il vérifiera avec vous la tolérance du traitement.

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous envoyer une demande de documentation complémentaire en cliquant ici.

La première administration

Vous allez débuter un traitement injectable

Cet article a pour but d'anticiper la consultation d'éducation thérapeutique à l'issue de laquelle vous débuterez votre nouveau traitement.

Les différentes étapes de la consultation sont expliquées ici à l'aide de courtes séquences vidéos.

L'accueil

Durant cette étape, un entretien avec votre infirmier d'éducation thérapeutique permettra d'établir un diagnostic éducatif

La présentation du matériel et l'apprentissage en miroir

L'étape suivante consistera à vous familiariser avec le matériel d'injection et la technique d'injection par une méthode d'apprentissage dite en miroir

La réalisation de la première injection

Après avoir maitrisé la technique d'injection, vous réaliserez vous même votre première injection.

A la fin de la consultation d'éducation thérapeutique:

Vous serez alors autonome pour pouvoir poursuivre votre traitement à domicile.
Au cas par cas, votre infirmier d'éducation thérapeutique vérifiera la bonne gestion de votre traitement par un contact téléphonique et/ou par une consultation de suivi (en général après 1 mois de traitement).

La technique d'injection

Vous trouverez ici une présentation du matériel d'injection ainsi qu'une vidéo résumant les points importants à propos de l'utilisation du matériel.

Présentation du matériel d'injection

Copaxone est administrée par voie sous cutanée, à l'aide d'un stylo injecteur.

Les aiguilles usagées doivent être déposées dans un collecteur spécial, que vous devez ramener chez votre pharmacien.

La technique d'injection

Vous pouvez visionner une vidéo rappelant les points importants à propos de la technique d'injection.

Gestion des effets secondaires

Vous trouverez ici des informations concernant la gestion des principaux effets secondaires liés à votre traitement.

Ce traitement expose essentiellement à la survenue d'effets secondaires locaux.

LES ROUGEURS

Les rougeurs peuvent être évitées par:

  • Le respect de la technique d'injection
  • Le respect de la rotation des sites d'injection
  • L'adaptation de la profondeur d'injection selon les indications de votre infirmier d'éducation thérapeutique
  • L'application de chaleur sur le site, après l'injection, pour activer la microcirculation cutanée
  • L'application de Biafine sur le site, après l'injection, pour activer la microcirculation cutanée
  • L'application d'une pommade anti-inflammatoire le lendemain de l'injection en cas de rougeur persistante

LES INDURATIONS

La gestion des indurations est identique à celle des rougeurs.

LES LIPODYSTROPHIES

Cet effet secondaire apparait à moyen et long terme, le produit ayant tendance à dissoudre la graisse sous cutanée. Il s'agit d'un effet secondaire extrêmement variable d'une personne à une autre.

Le respect de la technique d'injection et la rotation des sites d'injection sont les principales mesures de prévention de l'apparition des lipodystrophies.
Les techniques d'endermologie (appareils type LPG) peuvent réduire les lipodystrophies après leur apparition.

 LES NECROSES CUTANEES 

Très rares, ces réactions sont causées par l'oblitération d'un capillaire artériel.
Informez votre équipe soignante et excluez la zone concernée pour la rotation des sites d'injection.

Appliquez des pansements secs jusqu'à guérison de la zone concernée.

LES CRAMPES MUSCULAIRES

Elles sont dues à une injection trop profonde, au niveau des plans musculaires superficiels.

Une gestion optimale de la technique et de la profondeur d'injection permettront une disparition de ce phénomène.

LES REACTIONS GENERALES

Une réaction généralisée avec bouffées de chaleur, rougeur, oppression de la poitrine peut exceptionnellement survenir en cas de passage trop rapide de la Copaxone dans la circulation générale.
L'évolution de cet effet est toujours favorable. Il suffira de rester allongé quelques minutes pour que ce phénomène cesse. 
Une bonne gestion de la profondeur d'injection peut aider à réduire ces épisodes qui, si ils se produisent trop souvent, devront être signalés à votre neurologue

D'une façon générale...

N'hésitez pas à signaler tout symptôme inhabituel à votre équipe soignante. En cas de suspicion d'évènement indésirable lié à votre traitement, il pourra en informer le Centre Régional de Pharmacovigilance.

Prescription et renouvellement

La prescription et le renouvellement de ce traitement doit être faite exclusivement par un neurologue.

Le traitement est prescrit sur une ordonnance de médicament d'exception (cf. spécimen), pour une durée de 6 mois au maximum.

Actualités

Comment accéder au centre ?

Hopital Pasteur, service de Neurologie
30 Voie Romaine
06000 Nice

  • Par la route
    Sortie Nice-Est puis suivre Hôpital Pasteur
  • Par le tramway
    Ligne 1, vers Hôpital Pasteur, arrêt Hôpital Pasteur (terminus)
  • Par le bus
    Ligne 8, vers Pasteur, arrêt Hôpital Pasteur
  • Où se garer ?
    Le 3ème sous sol du parking de l'hôpital est réservé au public.

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales