Tysabri

Informations sur votre traitement

Le Tysabri ou natalizumab, est un anticorps monoclonal. Il est réservé aux patients présentant une situation d'échec aux immunomodulateurs, ou aux patients présentant une maladie agressive.

La définition de l'agressivité de la maladie repose sur des critères cliniques (fréquence et sévérité des poussées) ET sur des critères radiologiques. C'est pourquoi une IRM de référence est obligatoire avant de débuter ce traitement.

Tysabri est administré en perfusion intraveineuse, une fois par mois (28 jours +/- 3 jours).
Il n'est pas possible d'espacer les perfusions au delà de ce délai ou de ne pas réaliser une perfusion. Il est donc important d'avertir votre neurologue et de programmer les perfusions à l'avance si vous devez vous éloigner de votre centre de prise en charge.

Son mode d'action

Tysabri est un traitement immunosuppresseur.
Il agit en fermant la barrière entre le sang et le cerveau, à travers laquelle les globules blancs passent lors de la survenue d'une réaction inflammatoire dirigée contre le système nerveux.

Ses effets secondaires potentiels

ysabri expose principalement:

  • A un risque de réaction allergique: ce risque est principalement présent pendant les premiers mois de traitement. Il s'agit principalement de réactions cutanées. L'arrêt du traitement n'est pas toujours obligatoire si la réaction est contrôlée par un traitement correcteur.
  • Au développement d'anticorps dirigés contre le médicament: dans ce cas, le traitement perd son efficacité et doit être stoppé
  • Au risque de développer une leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP): il s'agit d'une infection virale affectant le système nerveux central. Ce risque est faible et apparait après une durée de traitement prolongée (au delà de 2 ans)

La durée de traitement par Tysabri n'est cependant pas limitée par le risque de LEMP...
Référez vous à l'article concernant la gestion du risque de LEMP plus en bas pour plus d'informations.

Sa surveillance

ysabri est administré obligatoirement dans une structure hospitalière. Chaque mois, votre neurologue surveillera le bon déroulement du traitement.

Il vous sera également demandé de réaliser régulièrement:

  • Des contrôles de bilan biologique (numération sanguine, bilan hépatique) au moins une fois tous les 3 mois
  • Des IRM de contrôle régulièrement (entre 1 fois par an et 1 fois tous les 3 mois, au cas par cas)

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous envoyer une demande de documentation complémentaire en cliquant ici.

Tysabri: prescription

Tysabri est prescrit une fois par mois (28 jours +/- 3 jours)
Il n'est pas possible d'espacer les perfusions au delà de ce délai (hormis pour raisons médicales), ni de ne pas réaliser une perfusion.

Si vous devez voyager:

  • Si votre déplacement dure moins d'un mois, prévenez le plus tôt possible votre centre de prise en charge pour pouvoir programmer les perfusions à l'avance
  • En cas de déplacement prolongé, il faudra alors se rapprocher d'un autre centre pour la réalisation de votre perfusion. Discutez en avec votre neurologue.

La prescription de Tysabri est exclusivement réservée aux neurologues. La prescription doit se faire au sein d'une structure hospitalière.

Gestion des effets secondaires

Vous trouverez ici des informations concernant la gestion des principaux effets secondaires liés à votre traitement

Les réactions allergiques

Les réactions allergiques surviennent le plus souvent en début de traitement (durant les 6 premiers mois).
Le plus souvent, il s'agit d'éruptions cutanées (réactions à type d'urticaire le plus souvent)

Certaines réactions allergiques peuvent être contrôlées par l'administration d'une prémédication anti allergique. Dans ce cas, Tysabri pourra être poursuivi.
Seules les réactions allergiques sévères nécessitent l'arrêt du traitement.

En cas de survenue d'une réaction cutanée, la prise de photos (par exemple à l'aide d'un téléphone portable) est extrêmement utile! Il vous sera ainsi possible d'en discuter avec votre neurologue lors de votre prochaine consultation.
Prenez rapidement contact avec votre centre de prise en charge en cas de survenue d'une réaction allergique sévère

L'immunisation au traitement

Chez certains patients, l'organisme peut parfois développer des anticorps dirigés contre le médicament (anticorps neutralisants).
Ici encore, il s'agit d'un phénomène se produisant le plus souvent en début de traitement.

L'immunisation au traitement peut se manifester soit par l'apparition d'effets secondaires aux perfusions, soit par un manque d'efficacité. Dans ce cas, votre neurologue recherchera des anticorps neutralisants par un bilan biologique (les résultats sont disponibles au bout d'environ 1 mois, et il est obligatoire d'obtenir 2 prélèvements espacés de 6 semaines au minimum)

La recherche d'anticorps neutralisants est faussée par certains médicaments, notamment les corticoïdes.
C'est pourquoi, en cas de suspicion d'évènement indésirable lié au traitement, il est indispensable d'en informer votre centre de prise en charge et de ne pas consommer de corticoïdes avant d'obtenir l'accord de votre neurologue.

Le risque de LEMP

La LEMP est une infection virale pouvant affecter le système nerveux central des patients immunodéprimés. Il s'agit du principal risque lié à l'exposition prolongée au Tysabri.

La gestion du risque de LEMP est abordée en détails ci-dessous.

D'une façon générale...

N'hésitez pas à signaler tout symptôme inhabituel à votre équipe soignante. En cas de suspicion d'évènement indésirable lié à votre traitement, il pourra en informer le Centre Régional de Pharmacovigilance.

 

Gestion du risque de LEMP

Qu'est-ce que la LEMP?

La LEMP, ou leucoencéphalopathie multifocale progressive, est une infection virale affectant le système nerveux central des patients immunodéprimés.
Elle est causée par un virus appelé virus JC

Entre 60 et 70% de la population générale a déjà rencontré le virus JC.
Le virus reste alors en sommeil dans certains organes et peut se réactiver en cas d'immunodépression causée par une maladie ou un médicament.

Comment se manifeste-t-elle?

Les symptômes causés par la LEMP ne sont pas spécifiques. Il peut s'agir de divers symptômes neurologiques (troubles sensitifs, troubles visuels, etc...)
Chaque mois, lors de l'administration de votre perfusion, l'examen neurologique permettra de contrôler l'apparition de ces symptômes.

Quel est le risque de LEMP sous Tysabri?

Le risque de LEMP demeure globalement faible.
Les trois facteurs qui déterminent de façon individuelle le risque de développer une LEMP sont:

  • Une durée d'exposition au Tysabri supérieure à 2 ans
  • Des antécédents d'immunosupression avant la mise sous Tysabri: traitement préalable par Endoxan, Elsep, Methotrexate, Imurel. L'Interféron et la Copaxone n'en font pas partie
  • Une sérologie positive pour le virus JC, signifiant que votre organisme a été en contact avec le virus

La sérologie pour le virus JC est réalisée pour tous les patients de notre centre, et contrôlée au minimum une fois tous les 6 mois.

Comment surveille-t-on le risque de LEMP?

La surveillance repose en premier lieu sur l'examen neurologique réalisé tous les mois lors de l'administration de votre traitement.

L'IRM cérébrale permet également de détecter des lésions dont les caractéristiques sont différentes de celles des lésions liées à la SEP.
Le rythme de surveillance des IRM varie de 1 fois par an à 1 fois tous les 3 mois, selon le risque individuel de LEMP (défini par les 3 critères cités ci dessus).

Comment traite-t-on une LEMP?

Le traitement de la LEMP repose à ce jour sur la restauration de la fonction immunitaire, en arrêtant le Tysabri
Certaines techniques (échanges plasmatiques) permettent d'accélérer l'élimination du traitement par l'organisme.

Actualités

Comment accéder au centre ?

Hopital Pasteur, service de Neurologie
30 Voie Romaine
06000 Nice

  • Par la route
    Sortie Nice-Est puis suivre Hôpital Pasteur
  • Par le tramway
    Ligne 1, vers Hôpital Pasteur, arrêt Hôpital Pasteur (terminus)
  • Par le bus
    Ligne 8, vers Pasteur, arrêt Hôpital Pasteur
  • Où se garer ?
    Le 3ème sous sol du parking de l'hôpital est réservé au public.

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales